Tunisie, l’après printemps arabes 2 – Tunis

Quelques jours de présence seulement ont suffit pour générer beaucoup de rencontres, européennes, tunisiennes, beaucoup d’informations sur les projets européens, les échanges de jeunes entre pays et différents représentants d’association comme Solidarité Laïque, France Volontaires, Citoyennes Gafsa, les amis du Belvédère, les petits débrouillards et j’en oublie! Cela fut très enrichissants.

Cela a été quand même l’occasion de visiter Tunis une journée.

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

 

Passer 2 ans après les printemps arabes, est un moment très fort historiquement, culturellement, c’est passer dans des endroits aux noms évocateurs comme la nouvelle place du 14 janvier 2011.

C’est croiser des scènes de vie surréalistes, des images très fortes de sens

ImageImageImageImageImageImageImageImageImage

Ce que je retire de ce voyage, une frustration de ne pas avoir eu le temps notamment de voir Carthage et une soif de découvertes. J’espère un jour avoir l’occasion d’y retourner et de pouvoir visiter d’autres régions du pays et vivre de façon locale.

Pour les voyageurs, je ne pourrais que vous conseiller la Tunisie, culturellement c’est très riche et les gens sont adorables.

Tunisie, l’après printemps arabes 1 – Hammamet

En janvier, j’ai eu l’occasion de passer quelques jours en Tunisie entre Tunis et Hammamet à l’occasion d’un séminaire où les partenaires du bassin méditerranéen s’étaient donné rendez-vous à la rencontre des associations tunisiennes. 

Depuis le « départ » de Ben Ali, parti au son du slogan « dégage » les tunisiens ont enfin le droit de créer des associations, même s’il est vrai que le contexte politique est encore instable, aux vues de l’actualité de ces jours-ci. En tout cas c’est fantastique car c’est toute la société civile qui commence à s’organiser, ces jeunes et ces anciens, qui s’allient et veulent créer ensemble une Tunisie meilleure à leur image. J’espère que leur espoir et leur volonté finira par payer!

J’ai découvert Yasmine Hammamet pour la première fois, en basse saison, dépouillée de ses touristes, Cela est étrange de voir un haut lieu touristiques sans personne.

J’ai discuté avec de jeunes vendeurs du coins. Effectivement c’est la basse saison, mais depuis un ou deux ans, les touristes sont de moins en moins nombreux, certainement en partie à cause des médias qui véhiculent une image « dangereuse » de la Tunisie. En tout cas, je ne me suis jamais sentie en danger le temps de mon séjour. Je regrette juste de ne pas avoir eu assez de temps pour faire tout ce dont j’avais envie.

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

Il est bien triste de voir ces plages pleines de détritus abandonnées de tous, alors que le coin est vraiment sympathique et la population très accueillante. Ce qui paraîtrait étrange en France comme parler à un étranger dans la rue ne l’est pas ici, et les gens vous répondent en souriant, pas besoin qu’il y ai une fin mercantile derrière.