Le Japon, un an après

Il y a bientôt un an, nous partions pour un périple de presque 4 semaines avec notre petite fille de 18 mois. Du Japon, je retiendrais:

  • la praticité d’habiter proche d’un arrêt de la loop line à Tokyo, (nous étions proche de Ueno, arrêt de la Yamanote)
  • les konbini, ces superettes ouvertes 24h/24h (et ça c’est exceptionnel!) Family Mart, 7 eleven, Sunkus, Lawson.
  • la carte suica, carte qui se recharge et qui permet de payer ses déplacements en métro à Tokyo, en bus à Kyoto, dans les konbini…etc… et certainement encore dans d’autres endroits.
  • les trains régionaux sans réservation qui circulent sans cesse
  • le site hyperdia qui m’a permis de programmer tous les déplacements en train et de voir les prix, sans parler du fait que quelques jours avant vous connaissez déjà votre quai et ça pour un français, c’est exceptionnel 🙂
  • les toilettes japonaises gratuites, propre et dont la plupart ont une table à langer et même des toilettes spéciales pour les mère de famille seules avec leur enfant qui possèdent un siège bébé à l’intérieur
  • le sentiment de sécurité, cela repose de ne pas devoir sans cesse savoir les yeux sur son sac ou la main dessus comme à Paris
  • l’amabilité envers les enfants dans les restaurant, dès que l’on entrait, on nous emmenait tout de suite une petite assiette avec des couverts pour petit
  • toutes les belles visites, les beaux paysages, en passant par Tokyo, Nikko, Kamakura, Tokyo Disney Sea, Kyoto, Nara, le lac Biwa, Osaka, Kobe…etc..;
  • voyager pendant 4 semaines avec une petite de 18 mois qui fait ses dents, c’est du sport
  • manger dehors est bon marché et c’est très bon

en bref, beaucoup de choses, vous trouverez peut-être que ce que je dis fait cliché, mais c’est la manière dont j’ai vécu les choses. 4 semaines c’est long et pourtant si peu pour tout ce qu’il y a à faire, encore beaucoup d’endroits à visiter. Pour un premier voyage, je voulais rester sur le « sentier touristique » ne connaissant pas le pays ni la culture, voyageant avec un enfant en bas age, je ne peux pas dire malgré tout que maintenant je connais la culture, mais je n’aurais plus peur de sortir des sentiers battus sachant maintenant comment les choses fonctionnent.

Publicités